Les Verrière en hiver



Les Verrière en hiver

Depuis la dernière sortie section en novembre dernier, il était temps pour ses membres de ressortir le matériel. Alors fini les week-ends bien au chaud devant les matchs de rugby,
le rendez-vous était donné le 15 février 2008 sur le plan d’eau des verriéres pour une session de 48 heures. Ce plan d’eau d’une trentaine d’hectare, est surtout connu pour sa forêt immergée.
Vendredi à 10h00
Une fois les postes choisis, il faut d’abord sonder, amorcer et monter les biwis.
Les dix membres de la section, présents pour cette sortie, ont utilisé différentes techniques. certains ont misé sur des bouillettes épicées ou carnées voir fruités mais Yannick utilise une recette bien à lui à base de coquillette et de riz.
Vendredi 20H00
Çà y est, tout est fin prés pour cette première nuit. Les lignes sont tendues, les détecteur près à faire feu, il n’y plus qu’attendre ces mesdames.
Nous nous rejoignons tous pour un petit verre bien mérité, l’occasion de préparer les futures sorties section mais aussi le déplacement à Montluçon.
La première nuit, bercée par les doux ronflements de thierry, s’est avérée très calme. Aucun poisson n’a voulu se montrer.
Les premiers rayons du matin sur le plan d’eau, nous permettent de présager une très belle journée.
Etant donné les températures très fraîches de la nuit, on peut espérer qu’en pleine journée, les carpes viendront « buller » sur les bordures.
Chacun se réveille à son rythme. Un petit café bien chaud est le bienvenu avant de commencer à relancer les cannes, et de préparer cette journée.

Samedi 15h00
Après avoir tous déjeuner sur le poste à Yannick et Pierre, un hurlement de détecteur vient troubler le « café-goutte ». C’est un départ sur une canne au nouveau Jérémy. Il ferre, le poisson n’a pas l’air vilain du tout.
Après quelques minutes de combat, il est à portée d’épuisette. L’autre Jérémy, d’un geste sûr, met le poisson au fond de l’épuisette.
C’est une jolie miroir de 13 kg, bien ronde. Pour sa première sortie avec la section, Jérémy se permet de battre son propre record personnel.
Le reste de la journée s’est terminé sans autre poisson. Sauf Thierry qui a sorti une belle moule d’eau douce. Franck et Fred se sont même essayés à la gardonnette sans plus de succès.
En effet, il y avait très peu d’activité sur le plan même en pleine après midi. Il faut dire que la température de l’eau n’excédait pas 4°C .

La dernière nuit arrive. Yannick cuisine pour les poissons mais aussi pour lui. Il s’est concocté un lapin accompagné de ses petits légumes. Il est vrai qu’il faut prendre des forces pour tenir avec ses températures négatives. Babeth, Fred et Franck ont trouvé la solution, ils se préparent une bonne grosse raclette.
En début de soirée, des invités surprises pointent leur nez. Une cinquantaine de grues viennent partager le plan d’eau pour la nuit. Mais malheureusement, cela ne nous a pas porté chance. Pas de poisson ni même de départ.
Au petit matin, Nous sommes un peu déçus mais tout de même heureux d’avoir passer un week-end au bord de l’eau.





2005 - Rodolphe Guérin © [ rodguerin@gmail.com ]